Food Lifestyle Voyage

La Guadeloupe en 1 semaine (et en bonus la recette du court-bouillon de poisson)

D’aucuns diront qu’à la Caraïbe, c’est tout pareil : de belles îles jonchées de palmiers et chatouillées par des eaux aux tons turquoise et du sable blanc fin. Cette fois-ci, nous n’avons pas vraiment voyagé en famille. Je dis pas vraiment parce que Madame Bougainville était enceinte de 3 mois…

Voici un mini-guide de ce que vous pourrez faire en Guadeloupe en 1 semaine sans trop vous fatiguer. N’oubliez pas de louer la voiture !

Grande-Terre

Grande-Terre est la partie nord de l’aile de papillon de l’île. Plus industrialisée que la partie sud (Basse-Terre), elle donne quand même de très beaux endroits à visiter et, bien sûr, comme toujours, de délicieux restos pour se remplir la panse et bien boire.

Le marché et la plage de Sainte-Anne

Sainte-Anne est une petite bourgade à mi-chemin entre Pointe-à-Pitre et Saint-François. Sa belle plage familiale et très peu profonde et est géniale pour une petite matinée de baignade. Il y a un petit marché dans lequel vous pourrez vous aprovisionner en fruits et légumes locaux et, bien évidemment, en épices.

N’hésitez pas à faire un tour sur la place de l’hôtel de ville, c’est mignon et il reste quelques symboles rappelant l’époque de l’esclavage et des monuments à la mémoire de la fin de celle-ci.

Les poissons de Saint-François

Ooooh Saint-François, joli petit village de pêcheurs. Pour être honnête, nous n’avons pas visité le village mais simplement fait un tour sur le marché aux poissons. C’est agréable, le spectacle en est même rigolo. Entre les pêcheurs qui reviennent et vendent leur poisson presque vivant (il faut se lever tôt, car les connaisseurs achètent les meilleurs) et les vendeurs à la criée sur les étals, le spectacle est charmant !

Le courroux de Porte d’Enfer

Porte d’Enfer, cet endroit qui porte très bien son nom et qui est incontournable. D’énormes falaises sur lesquelles la mer vient frapper avec retentissement les rochers sur le bas. Impossible d’avoir envie de se baigner quand on voit Porte d’Enfer. Ca fait même peur. Mais c’est éblouissant !

Port Louis et Anse du Souffleur

Nous avons beaucoup aimé la plage de Port Louis, où on peut s’amuser à récolter et collectionner des petits coquillages. L’Anse du souffleur vaut aussi le coup !

 

Basse-Terre

Basse-Terre est l’aile de papillon sud de l’île. Plus sauvage que Grande-Terre, il s’agit d’un endroit magnifique et plein de belles choses à voir. C’est d’ailleurs là que se trouve la grande dame : j’ai nommé la Soufrière, le grand volcan de l’île. Nous n’y sommes pas allés, ça aurait été difficile avec Madame Bougainville, l’odeur de souffre et ses nausées, mais apparemment c’est très beau.

Sainte-Rose

Sainte Rose est un joli petit village auquel nous nous sommes arrêtés en allant à Trois Rivières. Nous ne nous sommes pas baignés étant donné que le port ne s’y prète pas vraiment, mais on a pu admirer les kayakeurs, le village et prendre quelques photos d’un ciel menaçant !

Grande Anse

Grande Anse est une super plage, à l’eau un peu agitée mais reconnaissable à son sable orangé. C’est également une plage familiale où le calme règne. Elle est bordée au loin de petits restos où vous pourrez manger et vaut vraiment le coup. On y reste pas des heures mais la petite baignade s’impose.

Parc des Mamelles

Le Parc des Mammelles est connu bien évidemment pour son nom un peu tendancieux (mais justifié) mais également pour sa nature verdoyante et les espèces animales qui y vivent. Il y a même un zoo où vous pourrez voir toutes sorte d’animaux. Vous pouvez également vous promener et tomber sur des petits endroits come celui que nous avons visité, avec des barbeuc à disposition pour un pique-nique improvisé. Que demande le peuple ?

Trois Rivières

Nous sommes passés par Trois-Rivières simplement pour nous rendre aux Saintes. Comme on a dû attendre le bateau, on s’est un peu baladés et le moins que l’on puisse dire c’est que l’endroit est plutôt très atypique. C’était calme et serein et la vie semblait bouger au ralenti. Ca vaut le détour, franchement.

Une journée pour vivre à l’ancienne aux Saintes

Les Saintes, c’est un endroit que vous ne verrez jamais ailleurs au monde. Au large de la Guadeloupe, cette île sur laquelle a été construite un petit village semble venue d’une autre époque. Des enfants se baladent seuls dans la rue sans surveillance, des grand-mères vendent des “Tourments d’amour” (pâtisserie locale) et des pâtés de crabe sur la place du village, les maisons sont encore d’époque et les pêcheurs ramènent leurs conquêtes (souvent de grosses langoustes) fièrement au village. C’est une expérience unique, et je vous conseille fortement de la vivre !

 

Bonus : la recette du court-bouillon de poissons.

Plat typique de Guadeloupe, le court-bouillon est très simple à faire frais et délicieux simplement avec du riz.

Il vous faudra :

  • Un assortiment de poissons. En Guadeloupe, c’est du local mais faites avec ce que vous avez (oubliez cependant le saumon ou le thon par exemple. Préférez de la dorade ou du rouget…)
  • 3 gousses d’ail
  • 2 tomates
  • quelques cives
  • du persil
  • 1 citron vert
  • 2 oignons
  • du thym
  • 1 piment végétarien (ce sont des piments qui ont le goût mais pas le piquant du piment)
  • 1 piment (le vrai cette fois ci)
  • Sel, poivre

Faire revenir les aromates dans de l’huile de Roucou (pour la couleur uniquement). Ajouter la tomate et attendre qu’elle fonde en rendant de l’eau. Saler, poivrer. Ajouter de l’eau et poser les poissons. Il faut qu’ils baignent dans la sauce. Au premier bouillon, couvrez, faites cuire trois minutes puis éteindre le feu. Attendre un peu, réchauffer très doucement si besoin et servir avec du riz, du piment et, bien évidemment, un ti ponche.

Quelques petites informations avant de partir en Guadeloupe :

A savoir avant de partir

  • Votre carte d’identité suffit étant donné que la Guadeloupe est un département français. Mais votre passerport vaut également.
  • Le vol de Paris dure environ 8h30
  • Assurez-vous que vos vaccins soient à jour.
  • Ne zappez pas la crème solaire, quel que soit votre teint de peau, parce que vous allez prendre : le soleil tape TRES fort sous les tropiques
  • Attention aux moustiques, ils ont la dalle. Je ne me fais jamais piquer mais madame a un peu douillé la dernière fois.
  • Pas de danger particulier. Par contre, comme partout, ne portez pas d’objets de valeur pour ne pas tenter les vilains.

Quand partir en Guadeloupe?

On vous conseillera souvent de partir entre décembre et avril, saison haute. Le moment idéal à mon sens est septembre-octobre. Il n’y a personne, vous serez bien tranquille et en plus c’est moins cher. Le risque de pluie est un peu plus élevé et c’est en pleine saison cyclonique. Pas de crainte cependant, on y est allés mi-octobre plusieurs fois et on a eu gros soleil toute la journée, la pluie ne venant que la nuit.

Prix

Tout fonctionne en euros. Comme la Guadeloupe est une île, la plupart de ce que vous allez acheter est importé (achetez local, c’est mieux et moins cher). Fromages, charcuteries, danettes, etc seront bien plus chers qu’en métropole. Ne soyez pas étonné.

Transports

Le système de transports publics en Guadeloupe, surtout pour vous promener sur l’île, est très incertain. Il y a des bus qui peuvent ne pas passer, les arrêts ne sont pas toujours marqués ni signalés, c’est assez inconfortable, bref… On vous conseille vivement la location de voitures et si vous avez de la chance, un proche ou un ami qui peut vous conduire.

Activités pour les grands

Les activités pour les grands ne manquent pas. De la visite de distilleries de rhum ou de plantations à la découverte du patrimoine historique de l’île, vous ne manquerez pas d’en apprendre sur cette magnifique île.

Activités pour les petits

Si la plage ne suffit pas, le zoo du Parc des Mamelles est une super activité. L’aquarium peut valoir le coup, vous y verrez des Lamentins (une espèce marine en danger et protégée). Une petite scéance de plongée ou de snorkeling pour les plus grands vaut vraiment le coup.

Gastronomie

Oh la gastronomie Guadeloupéenne ! Tellement de bonnes choses ! De l’accras de morue au tourment d’amour en passant par les carrys, court-bouillons et autres chiquetailles de morue, langoustes et rhums (préférez le Damoiseau au Bologne, ça vient du nord, comme mon grand-père).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *